Sunday, March 23, 2014

23 mars 2014 - Allons voter!

 photo 78IMG_0072_zpsf3e72519.jpg
Toulouse, décembre 2013


L'ordre dans lequel nous avons découvert les 10 candidats à la mairie de Toulouse en ouvrant l'enveloppe arrivée hier samedi dans notre boîte aux lettres!

FN Toulouse Bleu Marine – Serge Laroze/Artemisa Rubio
Rassemblement Bleu Marine
* 8,15%

LEXG/NPA Toulouse en  Marche ! Ahmad Chouki/Hegoa Garay
L’issue des Sans Voix, le Nouveau Parti Anticapitaliste et la République du Cœur
* 1,67%

PG Front De Gauche Jean-Christophe Sellin/Myriam Martin
A Toulouse, Place au Peuple
* 5,10%

LDvG Aimer Toulouse Jean-Pierre Plancade/Lydia Arroyo
* 2,12%

EELV Europe Ecologie Les Verts et Parti Pirate Midi Pyrénées Antoine Maurice/Michèle Bleuse
Toulouse Vert Demain
* 6,99%

PS-PCF-PRG-MRC-Parti occitan Liste de la Gauche Toulousaine et des écologistes  Pierre Cohen/Gisèle Verniol
Avec  vous, Toulouse avance !
* 32,26%

UMP-UDI-MoDem  Jean-Luc Moudenc/Laurence Arribage
Un Nouvel Elan pour Toulouse
* 38,20

CAP21/ RC Le Rassemblement  Citoyen Elisabeth Belaubre/Jean-Felix Honorine
Rendre possible ce qui est nécessaire !
* 2,42%

LDVD/UDI l'Union des Démocrates Indépendants Christine de Veyrac/Eric Mouton
L’alternative Responsable  Loin des politiciens, près des Toulousains
* 2,45%

LO Lutte ouvrière Sandra Torremocha/Antoine Missier
Faire entendre le camp des travailleurs
* 0,63%

* Résultats


Plus de politique 
(sur l’air de la Treille de sincérité)

Peuple français la politique
T’a jusqu’ici trop attristé :
Rappelle ta légèreté,
      Ton antique
      Joyeuseté.

Souviens-toi de ce temps aimable,
Où, libre de soins importans,
Entre le boudoir et la table
Tu partageais tous tes instants ; (bis)
Oubliait-on alors en France
Un banquet pour un tribunal,
Un concert pour une séance,
Un billet doux pour un journal ?

Peuple français, la politique, etc.

Tes hauts faits, ta noble vaillance
Assez long-temps ont attesté
Que ta patrie était la France ;
Atteste-le par ta gaieté !
Qu’enfin Momus de son empire
Retrouve en toi vieil ami,
Et songe bien que ne pas rire
C’est n’être français qu’à demi...

Peuple français, la politique, etc.

A jouir quand tout te convie,
Quand le plaisir te tend les bras,
Insensé ! Tu passes ta vie
A chercher comment tu vivras !
Cesse des plaintes impuissantes ;
Pourquoi  perdre en vœux superflus,
En peines toujours renaissantes,
Des jours qui ne renaitront plus !

Peuple français, la politique, etc.

Qu’as-tu fais de ce gai délire
Qu’enviait ton sombre voisin ?
Reprends tes grelots et ta lyre,
Chante le myrte et le raisin.
Fidèle appui de la couronne,
Obéis gaiment à ses lois,
Et bois, quand vient le jus d’automne,
Au pays à qui tu le dois…

Peuple français, la politique, etc.

Heureux tant que tu fus frivole,
Laisse au lieu de te tourmenter
Au gré de Neptune et d’Éole
Le vaisseau de l’État flotter
Et tandis qu’un pilote habile
Le défendra des coups du sort,
Contente-toi, sage et tranquille,
De mener ta barque à bon port,

Peuple français, la politique, etc.

La beauté  fidèle ou légère
Sut souvent enflammer tes sens,
Le bon vin sut toujours te plaire,
Toujours la gloire eut ton encens :
Chaque année offre à ton ivresse
Treilles, lauriers, myrtes, appas…
Sous un ciel qui te rit sans cesse,
Pourquoi donc ne rirais-tu pas ?

Peuple français la politique
T’a jusqu’ici trop attristé :
Rappelle ta légèreté,
      Ton antique
      Joyeuseté.


"Chansons et Poésies diverses"  Marc Antoine  Désaugiers naquit le 17 novembre 1772 à Fréjus, sous ce beau ciel de la Provence si fécond en inspirations poétiques. Il mourut le 9 aout 1827.


78 2 photo IMG_1012_zps4a3e59be.jpg

Toulouse. mars 2014

Wednesday, March 5, 2014

Une rencontre

77 photo 77IMG_3873_zpsd20bed05.jpg Chandler, avril 2009

Merci à Claudialucia pour m’avoir introduite au livre de Martine Mairal sur la vie de Marie de Gournay vouée aux Essais de Montaigne. Que rajouter à son merveilleux article sur « L’Obèle » (clic) ? Citer, très certainement, les moments forts de ma propre lecture. 

Tout d’abord l’actualité de bien des passages comme celui-ci émanant de Montaigne : « Nous vivons de ces temps sauvages où les religions vouées aux extrêmes par les intérêts du siècle exigent de l’humanité un tribut sanglant pour affermir leurs autels. Des religions censément faites pour entrainer les hommes à la communion, qui s’opposent furieusement et guerroyent à feu et à sang sites, bourgs et familles, dévastant au nom de Dieu les accointances les plus anciennes, nous jetant dans un branle furieux ou l’esprit vacille comme flamme en courant d’air. » A noter également une préoccupation déjà d’époque : l’égalité entre hommes et femmes vue par Montaigne, une idée soutenue par Marie de Gournay « Les femmes n’ont pas tort de tout quand elles refusent les règles de vie qui sont introduites au monde, d’autant que ce sont les hommes qui les ont faites sans elles. » A méditer.

L’emploi des mots requérant dans mon cas le constant emploi d’un dictionnaire. Je ne serais jamais venue au bout de ce livre si je les avais tous sondés… Mais une recherche également due à certaines lacunes de mon côté sans aucun doute. Des exemples? Batrachomyomachie , embéguinée, malengroin, rassotée… mais quelle beauté et richesse de langage. 

Des moments amusants comme cette phrase en latin de cuisine prise à Rabelais : « omnis clocha clochabilis in clocherio clochando ; clochans clochativo, clochare facit clochabiliter clochandis. » 

A noter encore l’intensité du temps qui passe : 4 années de rencontres (1588- 1592) entre Marie de Gournay et Michel de Montaigne, des détails historiques sous le règne d’Henri III. La beauté de l’amitié comme ici venant de Montaigne « …c’est un don. Un élan qui vous prend tout entier. D’esprit, d’idées, de cœur, de peau, de corps et d’âme. .. » 

Pour conclure je reste toutefois avec un certain malaise, celui de me poser des questions sur un tel parcours de vie de la part de Marie de Gournay ! Une vie passée à la lecture et à l’écriture, dans l’ombre des essais de Montaigne. Je reprendrai ici une pensée de Pierre Bourgeade dans L’empire des livres : « Préférer la vie aux livres ou les livres à la vie ? » Ou bien faut-il se rallier au fait que nous ne nous trouvons ni à l’époque ni dans la peau même de Marie ? 
Chapeau à Martine Mairal qui a su restituer tant de sentiments, de courage, un hymne à l’écriture et à la foi dans l’homme. 

*L’obèle : Petit trait servant à signaler un passage interpolé sur les manuscrits anciens.


« Voyez ce signe, Marie. Trois traits y suffisent. Une barre verticale ferrée de deux traits brefs à chaque extrémité… » Montaigne